Réserve citoyenne

Barre de partage

Portraits de réservistes

Brigitte Cancel:"Apporter un regard extérieur aux élèves et aux enseignants"


Brigitte Cancel, 67 ans, a effectué toute sa carrière à la MAIF. Aujourd’hui retraitée et de retour en Poitou-Charentes, elle est bénévole au sein de l'association EGEE (Entente des Générations pour l’Emploi et l’Entreprise) depuis 1 an . La réserve citoyenne de l’éducation nationale lui apparait comme '' une nécessité dans cette période de crise ".

En tant que conseillère-bénévole EGEE, Brigitte a déjà l’occasion de travailler avec les établissements scolaires, en lien avec les missions locales d’insertion. Elle intervient notamment auprès des lycéens et BTS pour les aider à définir leur projet professionnel, rechercher un stage ou un emploi par diverses actions: rédiger un CV, une lettre de motivation, préparer un entretien, etc. A travers cette expérience elle a ainsi pris conscience de la réelle demande de la part des jeunes et des équipes éducatives pour ce type d’initiatives.

‘‘La formation est fondamentale et l’obtention d’un diplôme aujourd’hui est essentielle sur le marché de l’emploi’’


La réserve citoyenne est aujourd’hui pour elle l’occasion d’aller encore plus loin et d’être véritablement une personne ressource avec un regard extérieur aux cotés des enseignants et des élèves. Grace à sa propre expérience professionnelle, elle souhaite échanger avec eux sur la réalité du monde de l’entreprise, la nécessité d’être formé et préparé mais aussi sur le respect du Droit et des règles, l’importance de s’engager, de voter ou de faire vivre les instances et la démocratie que ce soit au sein d’un établissement scolaire ou d’une entreprise et plus largement au sein de la société. "En tant que réserviste de l’éducation nationale, j’aspire à créer une synergie avec les enseignants et bâtir avec eux des actions au service des élèves, futurs citoyens"

Charles-Antoine Garcia:"Je suis pour l’escalier social "


A 69 ans, Charles-Antoine Garcia prend plaisir à se mettre au service des autres. Cet ancien militaire a rejoint la réserve citoyenne de l’Education nationale pour apprendre aux jeunes à vivre ensemble.


Quel est votre parcours ?

" Sans diplôme, j’ai commencé ma carrière de militaire comme deuxième classe, puis j’ai gravi les échelons pour finir colonel à Poitiers. Une fois à la retraite, j’ai voulu m’investir davantage encore au service de la population. Celle de mon quartier, d’abord. C’est en tant qu’administrateur du centre socioculturel en bas de chez moi que je me sens le plus utile. Avec l’équipe en place, nous réfléchissons aux activités à proposer aux enfants et aux adolescents. Très vite, un thème s’est imposé : comment aider les jeunes adultes à trouver du travail. Membre du bureau de l’association Entente des générations pour l’emploi et l’entreprise (Egee), j’ai pu permettre à certains de découvrir l’intérieur d’une entreprise, et expliquer à d’autres qu’eux aussi avaient les capacités de créer leur propre affaire."

Quelles motivations vous ont poussé à entrer dans la réserve citoyenne ?

" Je suis favorable à l’escalier social ! Et je parle bien d’escalier car l’ascenseur tend à diffuser l’idée qu’on peut réussir sans effort... Ce n’est pas ma conception. Il faut beaucoup travailler pour parvenir à un résultat. Si je peux aider les jeunes motivés et volontaires à s’en sortir, je veux le faire. Mais autre chose m’incite aussi à entrer dans la réserve citoyenne : pour moi, le service militaire permettait d’apprendre aux jeunes à vivre ensemble et pas seulement avec ou malgré les autres. Ce nouveau dispositif est peut-être l’occasion d’inculquer ces valeurs. "

Quelles compétences souhaitez-vous apporter aux enseignants et aux élèves ?

"Mon autre casquette de réserviste « jeunesse et citoyenneté » au sein de l’Armée m’amène régulièrement à mettre en relation les militaires et la société civile. Pourquoi ne pas organiser des rencontres, histoire de favoriser les échanges. Je connais bien également le monde des entreprises, il faut apprendre aux jeunes à oser aller vers elles. Plus largement, je veux leur transmettre le goût de l’effort, les valeurs de la France et un savoir-être qui leur permettra de vivre en paix avec leurs voisins, quelles que soient leurs différences, à la manière des anciens Compagnons du devoir."

Barre de partage
  • Imprimer
  • Agrandir / Réduire

CARTOGRAPHIE DES DSDEN DE L'ACADÉMIE

Carte des établissements de France